UA-70971668-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Templiers

  • Sanctuaire druidique et templier de Trun (Orne)

    Tour de clocher bâtie sur un menhir renversé

    Lire la suite

  • D'une croix à l'autre : Trinitaires et Templiers.

    Le Prieuré de Dinard en Ille-et-Vilaine et l’enclos de Saint-Maudez dans les Côtes-d’Armor.

    (texte et illustrations de Jean-Marc Boudier)

     

    DSC_0972.jpg

               

                A l’extrémité du parc du Prieuré de Dinard[1] (vers l’Est où se trouve la plage du Prieuré), on peut admirer un intéressant calvaire, dit parfois « la croix de Monsieur Henry de La Mettrie », comportant un certain nombre de détails symboliques. Il serait en fait la copie presque conforme du « calvaire des Templiers » de Saint-Maudez (22980, près de Dinan où les Trinitaires possédaient aussi une maison) et pourrait dater de la reconstruction de l’original à la seconde moitié du 18e siècle. Le socle est octogonal, comme dans beaucoup de monuments d’origine templière, représentant les huit béatitudes de l’Évangile. Ce socle est entouré d’une table carrée, elle même fixée, avec quatre colonnes, sur une assise carrée à trois marches (image de la « triple enceinte » celtique ?). Sur le bas épais et cylindrique du fût de la croix, on voit une procession - dans le sens des aiguilles d’une montre - de neuf chevaliers (avec des épées) et moines (avec des livres) agenouillés les mains jointes. Au sommet du calvaire, une représentation biface montre d’un côté une Vierge à l’Enfant (assez proche de celle qui se trouve en haut du porche latéral de l’église de Plurien, originaire d’un établissement templier), et de l’autre le Christ sur la Croix entre la Vierge et saint Jean, surmontant une série de six personnages « orants » représentés deux par deux, face à face et enchaînés mutuellement : ils pourraient s’agir de prisonniers que les Trinitaires ont pour mission de racheter, les visages tournés vers le Ciel, vers le Christ et Notre-Dame du Bon-Remède (une statue ancienne en est conservée dans la chapelle du Prieuré). Les chiffres trois, six, neuf peuvent faire aussi allusion à la Sainte Trinité.

     

    calvaire.jpg

     

    calvaire (2).jpg

     

    calvaire (4).jpg

     

                La croix du cimetière de l’enclos paroissial (où se trouve un magnifique if millénaire) de l’église de Saint-Maudez remonterait à la fin du 13e ou au début du 14e siècle, d’origine templière. Elle fut reconstruite au 18e siècle (1774[2]) et peut-être transformée, avec cinq marches. Autrefois, le cylindre qu'entourent neuf personnages agenouillés (dont quatre chevaliers[3]) tournait sur lui-même, comme une sorte de « moulin à prière ». La signification de l’ensemble reste encore à préciser selon ce que l’on a pu appeler le « rébus des Templiers ».

                On peut mentionner encore les vestiges d'un vieil édifice appelé le Temple des Templiers, situés non loin du cimetière et du presbytère (voir inventaire de 1805). Selon certains, le château de Thomatz à Saint-Maudez, bâti par la famille Gouyon-Thomatz, branche cadette des Gouyon-Matignon, aurait été édifié à l’endroit d’un ancien fief des Templiers. Non loin de Saint-Maudez, on trouve aussi des traces de la présence de Templiers à Vildé-Guingalan (22980), avec une rue des Templiers (les chevaliers du Temple de La Nouée, à Yvignac, possédaient à Vildé une sous-commanderie et un vicus, sorte de ferme). 

    dinard,le prieuré,saint-maudez,templiers,trinitaires,plurien,notre-dame du bon-remède,château de thomatz,vildé-guingalan,yvignac,jean-marc boudier

                Par ailleurs, sur la route de Dinard à La Richardais, exactement à l'angle sud-ouest de l'enclos de l'ancien Prieuré des Trinitaires, sur une sorte de petite terrasse aménagée en hauteur contre le mur extérieur, se trouve une très ancienne petite croix (70 cm.) datant du 14e ou du 15e siècles et à demi rongée et patinée par le temps. Cette croix, plantée sur une large pierre octogonale. Elle indique le croisement de la voie se dirigeant vers La Vicomté et du chemin menant à la plage du Prieuré. 

     

    [1] Lire de Jean-Marc Boudier « Les maisons trinitaires de Dinard et de Dinan », dans Le Pays de Dinan, 1994, pp. 287 et suivantes.

    [2] L’église de Saint-Maudez, qui avait été donnée aux Templiers, a été reconstruite entre 1772 et 1792.

    [3] Certains y ont vu quatre chevaliers, trois frères vêtus d’une chape et deux dignitaires se distinguant par un manteau sans capuche.

  • Une croix templière bretonne.

    La « Croix des Templiers » de Dingé (35).

     

     

    (texte et illustrations de Jean-Marc Boudier)

     

    croix-Dingé-sud-1.jpg

     

                Située à l’entrée du bourg de Dingé (dans le 35), à « La Poterie » sur la route de Tinténiac, la croix de chemin dite « des Templiers » semble remonter au Moyen-Age (certains disent du 13e siècle…)[1]. En granit, elle paraît avoir été remaniée au cours du temps et est assez abîmée mais offre encore des motifs symboliques dignes d’intérêt, bien que parfois difficiles à identifier et à interpréter. Sa forme générale et les sculptures qui l'ornent la rattacheraient aux plus anciennes croix médiévales recensées en Bretagne. 

    Sur sa face sud, on peut découvrir un motif de croix pattée taillée en réserve (c'est à dire que le sculpteur a dessiné sa figure, puis a prélevé de la matière en creusant légèrement de façon à faire apparaître les contours, enfin il a précisé par incision), s’inscrivant dans un carré et encadré à ses extrémités de quatre disques (des doubles cercles, celui d’en bas n’étant plus guère visible). L’ensemble est harmonieux, faisant ressortir la croix comme en relief ou au contraire laissant aussi deviner un motif de quatre-feuilles[2] 

    On retrouve ce symbole du double cercle sur d’autres croix attribuées au Temple, comme par exemple la « croix des Templiers » aux Basses-Chapelles (35) près de Lanhélin où il y avait une « commanderie » de l’Ordre. Cette croix de carrefour pour les pèlerins présente un double cercle à la croisée. Dans l'église paroissiale Saint-André de Lanhélin se trouvent aussi une pierre tombale, apparemment d'un architecte (un certain Piquebe ?), avec une croix templière ou hospitalière entre un marteau et un compas (tout comme à Brélévenez), ainsi que d’autres dalles funéraires avec de même une croix pattée à la branche inférieure allongée (nous n’avons pas réussi à identifier les noms gravés en haut).

    Croix-Plerguer.jpg

    A Plerguer (35) existe toujours une croix de chemin : la « croix du Fresne » qui porte dans sa croisée une croix pattée dans une couronne. Elle n'est vraisemblablement pas à son emplacement d'origine, peut-être vient-elle de la paroisse de Vildé-Bidon (commune de Roz-Landrieux), qui a appartenu à l'Ordre des Templiers. Une pierre creuse, qui évoque un bénitier, se trouve devant la croix.

    croix 5 plaies.jpg

    Enfin, à Saint-Maudez (22), on peut voir dans le cimetière une croix vraisemblablement d’origine templière avec cinq cercles représentant les Cinq Plaies du Christ.

    croix-Dingé-nord-1.jpg

                Sur la face nord de la croix de Dingé, on peut voir au centre ce qui ressemble à deux volutes opposées (comme deux crosses) qui sortiraient d’un motif en forme de vase ou de cœur (?). Sur la partie basse de la croix, qui est abîmée, se trouve un motif en forme de X difficilement lisible (faut-il y voir des clés entrecroisées ?). Sur la branche du haut, on ne discerne plus bien ce que représentent les quatre traits verticaux. Dans sa petite plaquette, le P. Roger Blot ne croit pas à une datation trop ancienne de cette croix et propose un dessin assez curieux de sa face nord[3]. 

    Linteau Saint-Pern.jpg

                Le motif des deux volutes opposées se retrouve sur d’autres pierres gravées : par exemple sur un linteau de La Ville Auger à Saint-Pern (dans le 35)[4] ou sur des chapiteaux de l’église Saint-Jacques de Perros-Guirec (dans le 22).

    templiers,dingé,tinténiac,basses-chapelles,lanhélin,brélévenez,plerguer,vildé-bidon,saint-maudez,plaies du christ,combourg,saint-pern,perros-guirec,saint-sulpice-la-forêt,bonnemain,tressignaux,Élie desvaux,jean-paul le buhan

    templiers,dingé,tinténiac,basses-chapelles,lanhélin,brélévenez,plerguer,vildé-bidon,saint-maudez,plaies du christ,combourg,saint-pern,perros-guirec,saint-sulpice-la-forêt,bonnemain,tressignaux,Élie desvaux,jean-paul le buhan

    Cette dernière représentation remonterait au 11e siècle : associée à une rouelle solaire, elle représenterait des cornes de bélier (le soleil entre dans la constellation du bélier à l’équinoxe du printemps). 

    templiers,dingé,tinténiac,basses-chapelles,lanhélin,brélévenez,plerguer,vildé-bidon,saint-maudez,plaies du christ,combourg,saint-pern,perros-guirec,saint-sulpice-la-forêt,bonnemain,tressignaux,Élie desvaux,jean-paul le buhan

    Il est à remarquer aussi qu’une maison du bourg de Dingé (1 rue des Lavoirs, 1 rue de Tanouarn) est dite « des Templiers » puis dite « Richelieu ». D'après Élie Desvaux, de l’ancienne maison, dépendant de l'abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt (dans la forêt de Rennes où les Templiers avaient des possessions), il ne reste presque rien, à l'exception de quelques éléments d'architecture pouvant remonter au 16e siècle[5].

    Enfin, la croix de Dingé est peut-être liée à la maison templière de Combourg[6] qui n’est pas très éloignée. Les Templiers possédaient un fief qui s’étendait jusqu’à Lourmais, le baillage de Terre-Rouge. Il y a aujourd’hui les lieux-dits : Le Temple, La Moignerie, Terre Rouge à Bonnemain. Signalons aussi au passage qu'il existe à Dingé une autre croix ancienne, cette fois-ci au milieu des champs, surmontant un menhir renversé.

     

    templiers,dingé,tinténiac,basses-chapelles,lanhélin,brélévenez,plerguer,vildé-bidon,saint-maudez,plaies du christ,combourg,saint-pern,perros-guirec,saint-sulpice-la-forêt,bonnemain,tressignaux,Élie desvaux,jean-paul le buhan



    [1] Croix et calvaires du canton de Hédé (La Mézière, Association Historique du Canton de Hédé, ADHCH, 1997, numéro 3, p. 19). Par ailleurs, Dingé semble se trouver sur le tracé de plusieurs anciennes voies romaines.

    [2] On retrouve ce motif à la chapelle Saint-Antoine de Tressignaux (dans le 22) : « Notons qu’il ne s’agit plus de marque à proprement parler. Sur la façade sud, une pierre sombre (spilite de Paimpol), située à gauche de l’entrée, porte un tracé significatif : dans un cercle, un trèfle ou selon que l’on remarque davantage les pleins que les creux une croix pattée des Hospitaliers St Jean de Jérusalem » (Jean-Paul Le Buhan, Les signes sur la pierre. Les marques lapidaires des anciens tailleurs de pierre en Bretagne, Fouesnant, Yoran Embanner, 2013, p. 58).

    [3] Croix et merveilles du Pays de Combourg, 1996, non paginé (circuit 5).

    [4] Reproduit dans Jean-Paul Le Buhan, op. cit., p. 292 ; dans le même ouvrage, on peut voir une reproduction d’une pierre tombale de la chapelle Saint-Jean du Créac’h en Plédran montrant le même motif répété deux fois en superposition à la place d’une croix (p. 342).

    [5] Desvaux (Élie), Histoire d’un village breton du pays gallo (Dingé, É.  Desvaux, 1998), p. 46.

    [6] 5 rue Chateaubriand. La maison actuelle, transformée en restaurant, date du 16e siècle.