UA-70971668-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Sébastien

  • Saint Sébastien (transept Sud de la Cathédrale Saint-Pierre de Lisieux)

    IMG_20160323_113807.jpg

     

    Bas-relief du 15e siècle, type de monument funéraire de chanoine. Sous un dais d'architecture gothique flamboyante, de gauche à droite : le martyre de saint Sébastien et un chanoine agenouillé tourné en direction de la Vierge Marie qui tient l'Enfant Jésus sur ses genoux.

    IMG_20160323_113730.jpg

  • La Flèche et le Coeur : saint Sébastien et la Charité.

     

    Préaux-Saint-Sébastien et les confréries de Charité du Pays d’Auge.

     

    (texte et illustrations de Jean-Marc Boudier)

     

     

    DSC_1277.jpg

     

     

                Dans l’histoire religieuse normande, il existe, depuis les grandes épidémies de la fin du Moyen Age et même plus loin, une permanence des confréries de Charité dont la mission la plus visible est la « mise en scène » de la cérémonie de l'enterrement et l’accompagnement des familles et amis. Cette proximité particulière avec la mort a permis aussi une réflexion sur le sens chrétien à donner à l’existence humaine. On redécouvre aujourd’hui la richesse et l’intérêt de cette tradition principalement rurale, même si l’on ne peut pas vraiment comparer la « maintenance » actuelle (proche de celle des Pénitents du Sud de la France) aux renouveaux qui ont pu exister au 17e ou au 19e siècle.

                Cette existence des Charitons (ou Charitables comme on le dit ailleurs), qui se retrouve disséminée de façon importante sur un vaste territoire, a été l’objet de quelques études générales (voir ainsi les travaux de Martine Segalen, de Catherine Vincent [1] ou de Fabienne Cosset [2]) et surtout particulières (par exemple pour la confrérie de Béthune). Nous nous limiterons ici à la région verte et vallonnée du Pays d’Auge, connue pour ses chevaux, ses fromages et ses pommes à cidre, et plus précisément autour de Lisieux et d’Orbec.

                Dans cette perspective, un haut-lieu sacré se démarque particulièrement : il s’agit du petit village de Préaux-Saint-Sébastien, non loin d’Orbec, destination ou passage de pèlerinage depuis le treizième siècle. Faisant suite à des plaquettes déjà anciennes [3], deux ouvrages lui sont consacrés ainsi qu’un numéro de la revue Le Pays d’Auge. Pour élargir un peu le sujet et avoir une vue d’ensemble, on peut consulter aussi le livre très documenté réalisé par la Communauté de Communes du Pays de l’Orbiquet : Le patrimoine cultuel du Pays de l’Orbiquet.

    *

    letorey.png

                Le premier ouvrage [4], écrit par le responsable diocésain des frères et sœurs de Charité du diocèse de Bayeux et Lisieux, nous offre une approche très personnelle sous forme de méditations poétiques et philosophiques sur l’ « esprit de charité » qu’il nous livre comme un témoignage de son vécu et de son expérience. Dans un cheminement de pensée non linéaire, l’auteur, qui recense soixante-dix-neuf confréries du Pays d’Auge dans la seule partie du Calvados, insiste sur la géographie spirituelle des lieux du pèlerinage à saint Sébastien et des fêtes carillonnées des cérémonies de la Pentecôte. Les confréries faisaient autrefois une longue marche nocturne (la « marche des Charitons ») pour arriver à la messe du matin, empruntant des chemins différents dont certains ont disparu depuis. La cérémonie se déroule aujourd’hui encore (nous avons eu le bonheur d’y assister !) par la traversée de l’allée du château (et haras) jusqu’à l’église devant laquelle se trouve l’if majestueux du cimetière. Après la messe, la tradition est - toujours pour les frères et sœurs avec leurs tintenelles, bannières, torchères, chaperons et oriflammes - de faire deux fois le tour de l’église (on retrouve cette coutume dans les anciennes troménies bretonnes...). L’auteur évoque aussi les chemins et hameaux de Préaux : le « chemin de l’épine à la dame », La Besnardière (au manoir qui lui est cher) ou encore La Couture (ou habitait une certaine Marie Cordier qui effectuait des marches spirituelles réparatrices jusqu’à Tilly-sur-Seulles et aurait été gratifiée de révélations mariales) ou le Hamel.

                Les chemins de la foi sont ceux de l’incarnation et de l’orientation spirituelle de notre vie :

                « Probablement ne peut-on parler de Dieu que lorsque dans sa vie l’on tente d’appliquer l’idée que nous nous en faisons. Ainsi la foi est pour l’essentiel basée sur le sens et le contenu donné à l’existence » (p. 13).

                A propos de Préaux et de son espace-temps sacré [5], Dominique Letorey  parle d’ « incantation du pèlerinage », de « lieu exorciste » (p. 24), de « lieu exorciste de proximité contre l’adversité pour toute une contrée » (p. 49), de « lieu d’ancrage exorciste tel un appel du ciel » (p. 51), de « village mythique en Pays d’Auge » ou encore d’ « ancrage du ciel sur la terre » (p. 105). Reprenant à son compte « la théorie de la relativité « quantique » entre la lumière et le temps », il voit dans les confréries du « pays d’Auge de la civilisation » (curieux renversement des termes habituels !) un rattachement au « pôle fixe de la lumière » (p. 132). Leur permanence aujourd’hui repose sur une transmission traditionnelle à travers les siècles qui coule comme de source (comme celle qui abreuve la « fontaine aux guenilles » de La Croupte, non loin de Préaux et où il existe aussi un pèlerinage). L'auteur parle ainsi de « continuelle résurgence » (p. 105), de « rayonnement perpétuel de résurgence » (p. 118). Il met en garde aussi contre la confusion entre la foi véritable et les simples croyances populaires (voire superstitieuses) et contre l’aspect purement folklorique (voire « touristique ») que l’on pourrait donner au cérémonial et au « rituel séculaire » des Charitons :

                « Lara, c’est ainsi qu’il n’y a pas de place pour aucun spectacle folklorique, mais uniquement le rappel d’une mission essentielle à l’ancrage du sens de la vie » (p. 132).

                A propos de saint Sébastien, Dominique Letorey parle de « saint exorciste » et les formes nouvelles de fléaux, d’épidémies et d’adversités sont tout aussi terribles qu’avant :

                « Lara, nous sommes ici face au sortilège du malheur sous différentes formes, depuis la maladie, les épidémies, les intempéries et tous les envoûtements possibles et imaginables. Ainsi Lara tout ce qui se désignait le mauvais sort obscur remis entre les mains de Saint Sébastien.

                « En effet, l’Histoire de la tradition du pèlerinage de Préaux étant un acte de foi permanent sur le chemin guérisseur particulièrement ces maux obsessionnels d’envoûtement et de sortilèges contre lesquels le rationnel du progrès de toute époque est impuissant. Ceci depuis quatre siècles, mais probablement les racines du lieu exorciste sont-elles beaucoup plus lointaines » (p. 49).

                Le grand-maître des confréries de Charité nous invite aussi à une utile réflexion sur le recours actuel que l’on peut avoir à l'intercession du saint martyr face « à la peste et au choléra » d’aujourd’hui et sur le sens à donner à notre vie moderne :

                « Ainsi les êtres d’aujourd’hui sont livrés ainsi aux modes, aux engouements, aux miroirs aux alouettes, aux fausses nécessités. Ils sont utilisateurs programmés et détournés de leur regard d’existence » (p. 163).

    DSC_1273.jpg

    *

    couverture_dba230e09c7b16f528006bdf8089080839.jpg

                Le second ouvrage [6] est plus l’œuvre d’un historien, offrant au lecteur une importante documentation, avec de nombreuses illustrations. Jean Levêque retrace ainsi l’évolution de Préaux à travers les siècles (notamment de l’église romane du douzième siècle plusieurs fois restaurée [7]) et propose quelques interprétations qui seraient encore à creuser. Il distingue en soi le pèlerinage (des Charitons ou du Mont-Saint-Michel) et les processions à saint Sébastien (l’auteur parle aussi de « chemins processionnaires »), même si les deux peuvent se mélanger. Il a existé autrefois à Préaux une confrérie de dévotion à saint Sébastien et un rite de « circumbulation » (il fallait faire le tour du sanctuaire trois fois dans un sens puis trois fois dans l’autre). Il existe aussi un rituel de la lecture, par un prêtre qui pose l’extrémité de son étole sur la tête du fidèle, de ce passage de l’Évangile :

                « Allez par le monde entier, proclamez l’Évangile à toutes les créatures. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui ne croira pas sera condamné. Et voici les signes qui accompagnent ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront des langues nouvelles et prendront dans leurs mains des serpents et s’ils boivent quelques poisons mortels cela ne leur fera aucun mal. Ils imposeront les mains à des malades et ceux-ci seront guéris » (Marc, XVI, 15-18).

                Outre les nombreuses informations historiques apportées, le mérite principal à nos yeux de cet ouvrage est de replacer l’église Saint-Sébastien du petit village de Préaux au sein du vaste pèlerinage au Mont-Saint-Michel, plus précisément sur le chemin de Rouen au Mont, entre Orbec et Vimoutiers [8] (ou y trouve aussi les deux autres églises de Saint-Michel de Tordouet et de Saint-Cyr de Friardel) [9]. Il n’est pas étonnant de retrouver parfois dans la région des représentations de coquilles Saint-Jacques ou de bourdons de pèlerins. L’auteur s’interroge sur les reliques de saint Sébastien conservées à Préaux (arrivées entre le onzième et le début du douzième siècle) et avance l’hypothèse selon laquelle elles seraient venues du Mont-Saint-Michel (suivant en cela un autre itinéraire que celles conservées à Saint-Médard de Soissons, grand lieu du rayonnement de la figure de saint Sébastien dans le Nord de la France). Un dernier point nous a surpris : le nombre important de pèlerins qui sont venus à Préaux. Jean Levêque écrit ainsi :

                « On peut estimer le nombre de fidèles qui sont venus implorer puis prier saint Sébastien à Préaux de 7 à 8,5 millions depuis le début du XVe siècle et peut-être à 10 millions si on intègre les trois siècles précédents. […]

                « Préaux a ainsi marqué un territoire équivalent à cinq cantons, ceux d’Orbec, de Livarot et de Vimoutiers mais aussi en partie ceux de Thiberville et de Broglie, soit, actuellement près de 32 000 habitants.

                « On peut estimer entre 15 000 à 20 000 processionnaires qui partaient de 50 à 60 paroisses rurales et venaient chaque année à Préaux pour y accomplir leurs dévotions et tenter d’échapper par le recours à saint Sébastien aux calamités et aux souffrances d’une vie toujours menacée par le drame » (p. 117).

    DSC_1256.jpg

    *

    fa26923c38c728fbd9398472c2bcbd05.jpg

                En complément à ces deux ouvrages, il faut lire aussi avec intérêt un dossier collectif fort utile qui dresse un panorama des Charités en Pays d’Auge d’hier et d’aujourd’hui [10]. Selon lui, on recense ainsi plus de soixante-quinze églises augeronnes qui contiennent des objets des Charités et environ cinquante confréries actives (à-peu-près trois-cent-cinquante frères et sœurs). Dans ces pages très illustrées, le lecteur peut ainsi découvrir la vie, les traditions et le patrimoine de ces confréries souvent anciennes : lieux (églises, « chambres de charité »), riches vêtements et ornements, « livres de charité », objets de procession (notamment les torchères avec leur nœud ovoïde dans le tiers supérieur de la hampe). Le rapport de ces sociétés de laïcs avec le clergé est évoqué, avec le soutien de ce dernier mais parfois aussi une certaine méfiance. Enfin, une expression devenue proverbiale : « boire comme un chariton » n’est pas sans rappeler ce que l’on disait des Templiers…

    *

                Nous voulons maintenant terminer ces recensions par l’évocation de deux points de détail qui ont néanmoins leur importance : le blason de Préaux et les graffiti de son église.

    DSC_1308 (1).jpg

                Tout d’abord, voici le blason : « D’azur aux deux flèches d’argent passées en sautoir [dirigées vers le haut] accompagnées, en chef, d’un cœur enflammé du même, au chef cousu de gueules chargé d’un léopard d’or ». La présence des deux flèches s’explique aisément par la présence des reliques de saint Sébastien dont on connaît le martyr et qui est le patron des archers. Le léopard d’or est lié à la Normandie et on retrouve une tête de léopard sur l’un des deux épis de faîtage au sommet du clocher surplombant la tour carrée datant du 16e siècle. Reste le cœur enflammé : symbole traditionnel de la Charité (au 17e siècle, les confréries normandes se dotent d’armoiries, souvent un cœur enflammé d’or ou d’argent sur fond héraldique) ou élément des armoiries de l’ancien prieuré de Friardel ou bien d’un seigneur des lieux (Jean Levêque dresse une liste des seigneurs et propriétaires du château de Préaux, page 94 de son ouvrage, et évoque aussi la figure au treizième siècle de Robert de la Lande, seigneur de Cerqueux) ? Il faudrait pour y répondre pousser plus loin les recherches. L’alliance du cœur et de la double flèche est riche de sens aussi.

    les preaux (2).jpg

                L’église Saint-Sébastien de Préaux conserve aussi plusieurs graffiti sur l’extérieur de ses murs : on y trouve ainsi représentés un personnage, un IHS, des cadrans solaires, des roues et des rosaces, des calvaires et diverses croix, des inscriptions. Mais cela n’est pas propre à Préaux : il existe de nombreux graffiti sur la plupart des églises de la région (quand la pierre tendre n’a pas été recouverte d’un enduit !). C’est par exemple le cas à Saint-Martin de La Croupte. Faut-il y voir des dessins de protection quasi-magique de paroissiens ou des « marques » et des « signes de passage » de pèlerins ou même de compagnons ?

     

    les preaux_roue.jpg

      


    [1] Des charités bien ordonnées : Les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, Collection de l'École Normale Supérieure de Jeunes Filles, 1988.

    [2] Confréries de charité en Normandie - Enquête en Pays d’Auge, Publications du CRECET, coll. « Les carnets d’ici », 1999.

    [3] Abbé Frédéric Alix, Manuel des pèlerins de Saint-Sébastien à l'usage des églises de Préaux et Biéville-sur-Orne et des autres églises où ce saint est invoqué, 1911 ; Le pèlerinage de Préaux, Caen, Chenel-Bellée, 1912. Saint-Sébastien de Préaux : Pèlerinage du Pays d'Auge. Texte de Jean Levêque. Illustrations du commandant Richard Mouton, Imprimerie Claudin, 1958.

    [4] Dominique Letorey, Les frères et sœurs de Charité. Sur les chemins de Préaux-Saint-Sébastien, Éditions Embrasure, 2013, 208 pages.

    [5] « L’esprit des êtres et des lieux demeure et s’y conjugue de toutes les époques l’ayant construite [la tradition] » (p. 105).

    [6] Jean Levêque, Un pèlerinage en Pays d’Auge : Préaux-Saint-Sébastien, Lisieux, Les Éditions de l’Association Le Pays d’Auge, collection « Cahiers d’Auge » n°1, 2010, 120 pages.

    [7] Apparemment la seule église du diocèse de Lisieux-Bayeux dédiée à saint Sébastien (et aussi anciennement à saint Fabien).

    [8] A Vimoutiers, le chemin passait au lieu-dit du Pont de Vie. Saint-Michel de Crouttes n’est pas loin aussi (chemin de Vimoutiers à Trun).

    [9] Cf. Les Chemins du Mont-Saint-Michel. En marche vers l’Archange. Dirigé par Gaële de la Brosse, Paris, Desclée de Brouwer, 2010.

    [10] Revue Le Pays d’Auge, septembre-octobre 2013 (63e année, n° 5), « Les confréries de charité ».