UA-70971668-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Oratoire du Coeur

  • Sanctuaire druidique et templier de Trun (Orne)

    Tour de clocher bâtie sur un menhir renversé

    Lire la suite

  • Tchernobyl et l'Étoile Absinthe

     

    tchernobyl,absinthe,ukraine,apocalypse,nucléaire

     

    Lorsque le troisième Ange de l’Apocalypse sonne dans sa trompette survient alors la chute d’une « grande étoile brûlant comme une torche ». Ce flambeau, que l’on retrouve brandi par la Statue de la Liberté américaine et luciférienne, se dit en hébreu lapid. C’est la même torche qu’utilise Prométhée, dans son hybris et son « progressisme », sur le char du soleil pour voler le « savoir divin »…

    L’astre tombé sur la terre est l’Étoile Absinthe. Voici ce qui est dit dans la Vulgate clémentine :

    « Et tertius angelus tuba cecinit : et cecidit de cælo stella magna, ardens tamquam facula, et cecidit in tertiam partem fluminum, et in fontes aquarum : et nomen stellæ dicitur Absinthium, et facta est tertia pars aquarum in absinthium ; et multi hominum mortui sunt de aquis, quia amaræ factæ sunt » (Ap 8, 10-11).

    La chute de cette « étoile brûlante » n’est pas sans rappeler celle du Roi de Babylone sous les traits de Lucifer, l’étoile brillante du matin : « Quomodo cecidisti de cælo, Lucifer, qui mane oriebaris ? » (Es 14, 12). Et la contamination des eaux douces n’est pas sans rappeler non plus les eaux du Nil changées en sang avec puanteur et semant la mort (Ex 7, 17-21). Cela rejoint la troisième Coupe de l’Apocalypse versée par l’ange des eaux (douces) :

     « Et tertius effudit phialam suam super flumina, et super fontes aquarum, et factus est sanguis. Et audivi angelum aquarum dicentem : Justus es, Domine, qui es, et qui eras sanctus, qui hæc judicasti : quia sanguinem sanctorum et prophetarum effuderunt, et sanguinem eis dedisti bibere : digni enim sunt » (Ap 16, 4-6).

    On retrouve, au passage, cette mention d’un astre maléfique annonçant la fin du monde dans la culture actuelle, souvent largement subversive et occultisante, comme dans les films Deep Impact (1997), Armageddon (1998), la saga Star Wars, avec l’Étoile noire ou Étoile de la mort, et surtout Melancholia (2011) du réalisateur danois Lars von Trier ou dans la chanson (et son clip vidéo très énigmatique où l’on trouve un culte de possession autour d’un crâne venu de l’espace, une éclipse, un nouvel évangile et une parodie de la crucifixion…) Blackstar (2015) de David Bowie, sortie peu de temps avant sa mort (le foie dévoré par l’aigle du Caucase envoyé par Zeus ?).

    La catastrophe majeure de Tchernobyl, dans le « nœud » de forces mauvaises qu’est devenue l’Ukraine, eut lieu le 26 avril 1986 à la centrale nucléaire « Lénine », transformée il y a trente ans en une « tour du diable » maléfique et aujourd’hui encore entourée d’une vaste « zone interdite » dans un rayon de trente kilomètres. La référence directe au dirigeant communiste n’est pas anodine. Un parallèle peut être ainsi fait avec son Mausolée démoniaque (cf. le Mausolée d’Halicarnasse : la femme de Mausole, Artémisia, est reine de Carie en Turquie…) de la Place Rouge à Moscou, construit sur le modèle du Temple de Pergame (« Trône de Satan » de la troisième Église dans l’Apocalypse) et lieu d’un pèlerinage « à rebours » autour de son cadavre conservé et exposé. La chute de l’Étoile Absinthe a précipité aussi quelque part la chute de l’Étoile Rouge (comme la « forêt rouge » irradiée…) de l’Union Soviétique qui a voulu dominer le monde (dissolution de l’U.R.S.S. le 26 décembre 1991).

    Avant Tchernobyl, d’autres catastrophes avaient déjà eu lieu dans les pays soviétiques mais sans la même ampleur, répercussion et portée symbolique. Par ailleurs, la région de Brahine (ou Braguine), ville de Biélorussie, avait connu la chute d’une météorite au début du dix-neuvième siècle (premiers blocs découverts en 1810). La région russe est d’une manière générale propice aux pluies de météorites. Ainsi, en 1908, une météorite d'une cinquantaine de mètres de large avait explosé dans la région de la Tunguska en Sibérie, rasant 2000 kilomètres carrés de forêt. Plus récemment, en février 2013, une météorite chute et fait plus de 1000 blessés autour de la ville de Tcheliabinsk en Russie.

    Il est à noter encore qu’il existe un « Projet Wormwood (du nom anglais de l’absinthe) » scientifique d’étude et de détection de la menace d’impact cosmique d’astéroïdes sur la terre et de défense planétaire. Il y est fait explicitement mention de la chute de l’Étoile Absinthe (voir http://www.sws.bom.gov.au/IPSHosted/neo/des/overview.htm). Certains parlent aussi du danger du passage d’une neuvième planète : la « planète X » Nibiru (mais le débat reste ouvert…).

    Dans L’Idiot de Dostoïevski, on se moque du personnage de Lébédev qui voit dans l’Étoile Absinthe les chemins de fer dont le réseau couvre toute l’Europe… Nous ne voulons pas ici imposer une lecture unique et arbitraire mais montrer un important faisceau d’indices pouvant expliquer une réalité historique à la lumière d’une prophétie biblique, elle-même porteuse d’un riche symbolisme et d’une profonde théologie du péché. La montée en puissance de l’iniquité et de l’injustice dans le monde entraîne inéluctablement châtiment et chute. C’est ce à quoi s’oppose la quatrième Béatitude (« Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice… », Mt 5, 6).

    Très curieusement, le 9 février de la même année 1986 passait la comète de Hallay (à l’opposé du soleil par rapport à la terre). De plus, la veille même (soit le 25 avril) de l’incendie et de l’explosion de la centrale nucléaire, il y avait une éclipse lunaire totale en conjonction avec la planète Pluton, le dieu noir des enfers qui régit l’énergie nucléaire (cf. le plutonium par exemple). Le « cœur » du réacteur s’est mis à brûler sur les terres noires de Tchernobyl (ce qui fait penser à la « terre noire » de l’Égypte ancienne…), qui reste encore aujourd’hui, alors que le site est fermé, un lieu hautement dangereux où continue de brûler sous le couvert le « magma » radioactif.

    Ce ne fut pas à proprement parler un accident dû à une « simple » défaillance humaine mais bien un acte volontaire de mise en danger effectif en repoussant les limites jusqu’au point de non-retour (réelle incompétence et insouciance, folie passagère, expérience intentionnelle de la part de l’Union Soviétique ou intervention d’intelligences extérieures ?), un « projet de loi noir » selon un jeu de mots sur le nom de Tchernobyl. Quelles sont les finalités ultimes de cette « expérience » inédite (même si ce n’est pas la première !), allant jusqu’à la création de monstres et de mutations génétiques, sous prétexte d’un test incluant une désactivation des systèmes de sécurité ? C’est comme si une partie de l’Europe avait été rayée de la carte, livrée au « mal noir » radioactif, cet ennemi invisible que plus de 500 000 « soldats » plus ou moins désarmés combattront dans ce qu’on a pu appeler la « bataille de Tchernobyl ». Plus de 130 000 personnes seront déplacées de cette zone : des « réfugiés » de l’irradiation. Ce lieu du massacre de la nature et des hommes a coûté, dans les années qui ont suivi la catastrophe, la modique somme de 18 milliards de roubles (presque autant en dollars de l’époque) selon les dires même de Gorbatchev. Et depuis la facture continue à s’alourdir, presque indéfiniment. Ce fut d’abord un déni global de la réalité de la tragédie, basé sur les mensonges des chefs du Parti, au point que les festivités prévues dans la région (notamment à Kiev) pour le 1er mai furent maintenues, exposant ainsi délibérément la population aux irradiations dans d’étranges parades de la mort.

    La ville de Tchernobyl est reliée à Kiev par un long réservoir d’eau de 95 kilomètres de long… Il y a des nappes phréatiques et la rivière Pripiat longue de plus de 700 kilomètres, qui arrose l'Ukraine et la Biélorussie puis revient en Ukraine où elle se jette dans le Dniepr, traverse la zone de 30 kilomètres autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Par conséquent, elle a drainé et draine encore actuellement des radioisotopes. Peu avant la ville de Pripiat, la rivière passe sur le territoire ukrainien. Son embouchure dans le Dniepr se trouve à 25 kilomètres en aval de Tchernobyl, à plus ou moins 80 kilomètres au nord de Kiev, la capitale du pays. La vallée du Pripiat abrite le parc national biélorusse de la réserve « radio-écologique » (sic !) qui correspond à la zone la plus contaminée par l’explosion, en partie interdite d'accès aux humains mais qui accueille une faune sauvage d'un grand intérêt.

    La « torche » de la « grande étoile brûlante » fut en fait une flamme de mille mètres de haut aux couleurs de l’arc-en-ciel, jaillissant du gouffre béant du réacteur 4 éventré. Un nuage pestiféré couvrira ensuite une grande partie de l’Europe.

    Les radiations putrides et mortifères, qui peuvent toujours s’échapper des « fissures » du « sarcophage » de béton et d’acier (qui risque même de s’écrouler !), bâti à la va-vite par une nombreuse armée sacrifiée de « liquidateurs », nécessitent la construction d’une immense « charpente métallique » en forme d’« arche » (le groupement chargé de la construire s’appelle Novarka, « nouvelle arche » !). Il s’agit en quelque sorte d’une « mise sous cloche » pour une période de cent ans. 

    En russe, Tchernobyl (Чернобыль ou Чорнобиль en ukrainien, nom vernaculaire de l’armoise) peut se décomposer en Tcherno (= noir) et Byl (cf. blanc ou herbe). Ce « noir et blanc » ou cette « herbe noire » sont riches de signification. On peut aussi lire « ce (ou celui) qui était noir ». Cette couleur peut faire penser, par ailleurs, au troisième Sceau de l’Apocalypse : cheval noir dont le cavalier tient une balance à la main.

    Zabutko (ou « herbe de l’oubli ») est un autre nom russe pour désigner l’armoise. Cela fait référence à un conte mythologique du district de Staro Dubsk : le jour de l'Exaltation de la Croix, une jeune fille va chercher des champignons dans la forêt et voit un grand nombre de serpents entortillés. Elle essaye de rentrer chez elle, mais elle descend dans un trou très profond qui est la demeure des serpents. Le trou est obscur, mais au fond se trouve une pierre luisante. Les serpents ont faim et la reine des serpents aux cornes d'or les guide jusqu'à la pierre luisante. Les serpents la lâchent et s'en rassasient. La jeune fille en fait autant et reste dans le trou jusqu'au printemps. A l'arrivée du printemps, les serpents s'entrelacèrent de façon à former un escalier, sur lequel la jeune fille monta pour sortir du trou. Mais en prenant congé de la reine des serpents, elle reçut en don la faculté de comprendre le langage des herbes, et d'en connaître les propriétés médicinales, à la condition de ne jamais nommer l'armoise, ou cornobil (« celui qui était noir »). Si elle prononce ce mot, elle oubliera tout ce quelle vient d'apprendre. La jeune fille comprenait, en effet, tous les propos que les herbes tenaient entre elles. Elle fut cependant attrapée par un homme qui lui demanda, par surprise : « Quelle est l'herbe qui pousse parmi les champs sur les petits sentiers ? ». « Cornobil », s'écria-t-elle, et à l'instant même elle oublia tout ce qu’elle savait ; depuis ce temps, dit-on, on nomma aussi l'armoise zabutko, c'est-à-dire herbe de l’oubli.

    Tchernobyl paraît donc comme le nom de la plante noire maudite que la Reine des Serpents interdit de nommer. La transgression de cet ordre fait « boire à la coupe de l’oubli » les eaux du Léthé, un des cinq fleuves des Enfers dans la mythologie grecque.

     

    tchernobyl,absinthe,ukraine,apocalypse,nucléaire

     

     

    En hébreu biblique, l’absinthe se dit la’anah (Lamed-Ayin-Noun-Hé, nom féminin qui vient d'une racine du sens supposé de maudire) et désigne aussi métaphoriquement l’amertume et le côté détestable. Dans l’Ancien Testament, la « plante maudite » est ainsi mentionnée huit fois, pour son amertume et son poison (rosh en hébreu ; cf. la tête).

    Dans le Nouveau Testament, cela correspond symboliquement aussi à l’éponge de vinaigre présentée à boire au Christ sur la croix (Mt 15, 36 ; cf. Ps 69, 22 : fiel (rosh) dans la nourriture et vinaigre pour la soif). Au passage, l’église de la ville de Tchernobyl s’appelle Saint-Élie… Alors que Jésus a transformé l’eau en vin à Cana, ici les méchants transforment, dans une transmutation à rebours, le vin en poison (rosh) : « vignes de Sodome, plantations de Gomorrhe, raisins empoisonnés aux grappes amères » (Dt 32, 32), « leur vin, c’est du venin de serpent, le poison cruel des aspics » (Dt 32, 33 ; cf. Jb 20, 16).

    C’est ce que l’on retrouve ainsi dans les Lamentations avec l’ivresse provoquée par l’absinthe, encore associée à l’amertume et au poison (rosh) :

    « Replevit me amaritudinibus ; inebriavit me absinthio » (Lm 3, 15) ;

    « Recordare paupertatis, et transgressionis meæ, absinthii et fellis » (Lm 3, 19) ;

    Cf. « et circumdedit me felle et labore » (Lm 3, 5).

    Notons que la nuit de la Pâque, les Israélites durent manger des herbes amères avec l’agneau rôti et le pain azyme (Ex 12, 8), et cela resta une coutume lors de toutes les célébrations de la Pâque ensuite (Nb 9, 11). La nature n’est pas précisée de ces « herbes amères », qui avaient vraisemblablement pour objectif de rappeler l’amertume de l’existence sous le joug égyptien (on pourrait dire aussi au vingtième siècle sous le joug soviétique…). C’est ce même terme hébreu (merorim) qui figure en Lamentations 3, 15.

    Le même Jérémie s’en prend violemment aux faux prophètes de Jérusalem s’adonnant à l’adultère et vivant dans la fausseté et la méchanceté, pires encore que ceux de Samarie aux ordres de Baal : c’est de ces prophètes de Jérusalem que sort tout le mal. Il est question ici d’eaux empoisonnées (rosh) et de contamination de tout le pays :

    « Ecce ego cibabo eos absinthio, et potabo eos felle : a prophetis enim Jerusalem egressa est pollutio super omnem terram » (Jr 23, 15 ; cf. 8, 14 et 9, 14 ; 2, 7 ; 3, 2).

    Ce châtiment divin annoncé est mis en parallèle avec celui de Sodome et de Gomorrhe dans la Genèse, dont il est possible de faire ici une lecture « nucléaire », jusqu’à la femme de Lot pétrifiée (cf. le pouvoir qu’exerce la « reine des serpents » Méduse…) pour s’être retournée vers le spectacle du cataclysme d’une pluie de soufre et de feu :

    « Igitur Dominus pluit super Sodomam et Gomorrham sulphur et ignem a Domino de cælo : et subvertit civitates has, et omnem circa regionem, universos habitatores urbium, et cuncta terræ virentia. Respiciensque uxor ejus post se, versa est in statuam salis » (Gn 19, 24-26).

    Le prophète Amos déplore quant à lui le « changement du droit en absinthe » (Am 5, 7 ; cf. 6, 12 : « droiture en poison (rosh) et le fruit de la justice en absinthe (la’anah) »), après avoir mis en garde que Dieu ne montre sa force « tel un feu qui dévore, sans personne pour éteindre, à Béthel » :

    « Quærite Dominum, et vivite (ne forte comburatur ut ignis domus Joseph, et devorabit, et non erit qui extinguat Bethel : qui convertitis in absinthium judicium, et justitiam in terra relinquitis) » (Am 5, 6-7).

    Cela rejoint les malédictions que l’on trouve chez Isaïe concernant l’imposture et l’inversion des valeurs (faire passer  pour amer ce qui est doux et pour doux ce qui est amer) :

    « Væ qui dicitis malum bonum, et bonum malum ; ponentes tenebras lucem, et lucem tenebras ; ponentes amarum in dulce, et dulce in amarum ! » (Es 5, 20).

    Un peu avant, le prophète parle de l’iniquité qu’ils tirent ou traînent avec les « cordons de l’imposture » (« in funiculis vanitatis », Es 5, 18), qui feraient référence à des pratiques magiques par lesquelles on prétendait provoquer ou hâter les événements.

    Le livre des Proverbes met en garde contre l’attirance exercé par l’« étrangère » de mauvaise vie, dont le miel et l’huile se transforment en absinthe amère et en épée à double tranchant ; menant tout droit vers la mort et les enfers :

    « Novissima autem illius amara quasi absinthium, et acuta quasi gladius biceps. Pedes ejus descendunt in mortem, et ad inferos gressus illius penetrant » (Pr 5, 4-5).

    De même, le petit livre ouvert que mange le voyant de Pathmos est doux comme le miel à la bouche et amer aux entrailles :

    « Accipe librum, et devora illum : et faciet amaricari ventrem tuum, sed in ore tuo erit dulce tamquam mel. Et accepi librum de manu angeli, et devoravi illum : et erat in ore meo tamquam mel dulce, et cum devorassem eum, amaricatus est venter meus » (Ap 10, 9-10 ; cf. Ez 3, 3).

    Cette amertume que laissent les paroles mensongères et fielleuses de l’étrangère (ou de la femme d’autrui), on la retrouve aussi dans le culte des dieux étrangers par le Peuple Élu, assimilé à l’idolâtrie et à la prostitution, d’une manière générale à l’ouverture au monde (cf. le fameux aggiornamento de l’Église conciliaire…). On peut ici relire la mise en garde adressée à l’Église de Pergame contre ceux qui suivent la « doctrine de Balaam »… Le parjure à l’Alliance divine devient ainsi une « racine produisant poison (rosh) et absinthe (la’anah) » :

    « Ne forte sit inter vos vir aut mulier, familia aut tribus, cujus cor aversum est hodie a Domino Deo nostro, ut vadat et serviat diis illarum gentium : et sit inter vos radix germinans fel et amaritudinem » (Dt 29, 18).

    Le châtiment de cette infidélité est que le pays - véritable « terre gaste » frappée de plaies - devient infertile, ravagé par le soufre, le sel et le feu :

    « Sulphure, et salis ardore comburens, ita ut ultra non seratur, nec virens quippiam germinet, in exemplum subversionis Sodomæ et Gomorrhæ, Adamæ et Seboim, quas subvertit Dominus in ira et furore suo » (Dt 29, 23).

    On retrouve aussi dans Osée le châtiment qui germe comme une plante vénéneuse (rosh) :

    « et germinabit quasi amaritudo judicium super sulcos agri » (Os 10, 4).

    *

    Étoile en forme de plante ou plante en forme d’étoile, dans une correspondance macrocosme/microcosme, haut/bas ou encore ciel/terre, l’absinthe est le signe d’une terrible Némésis. Elle est une image de la « racine » même du mal et de la tentation diabolique d’infidélité. Dans la dix-septième lame du tarot, cette étoile s’incarne en femme nue qui verse l’eau (cf. le Verseau) de deux coupes…

    On peut aussi en faire une lecture théologique comme un symbole de la propagation des fausses doctrines des faux prophètes de bonheur terrestre des peuples oubliant ou même combattant Dieu (le communisme par exemple) ainsi que de l’exaltation du péché (avant tout d’orgueil), de la « culture de mort » et du culte païen du mensonge d’État.

    Une prise de conscience de l’amertume de la vie dans cette « vallée de larmes » peut aussi ouvrir sur l’illumination par la grâce divine menant à la vie éternelle. Ainsi, saint Bernard choisit une clairière isolée, dénommée symboliquement selon une « légende poétique » le Val d’Absinthe, pour y fonder en 1115 l’abbaye de Clairvaux (clara vallis, « vallée claire »).

    De même que physiologiquement Dieu a fait que le poison a souvent un goût amer et repoussant pour le recracher spontanément (les survivants de Tchernobyl parlent quant à eux de goût métallique dans la bouche dû à l’irradiation…), l’absinthe représente l’amertume du péché-poison dont le salaire est la mort :

    « Stipendia enim peccati, mors. Gratia autem Dei, vita æterna, in Christo Jesu Domino nostro » (Rm 6, 23). 

    Une lecture plus particulière peut être faite par rapport aux destinées du Peuple Élu (lui-même métaphore du reste de l’humanité). Ainsi la tenture n°22 de la série de tapisseries appelées « L’apocalypse d’Angers » montre l’Étoile Absinthe sous la forme d’une étoile jaune à six branches.  La prophétie peut aussi nous faire penser au terrible fléau de la Peste noire qui frappa l’Europe au milieu du quatorzième siècle et décima un tiers de sa population. A l’époque on accusa (à tort !) les Juifs d’avoir empoisonné les sources d’eau pour pouvoir les mener au bûcher…

     

    tchernobyl,absinthe,ukraine,apocalypse,nucléaire

     

    La statue du Titan Prométhée, ayant volé le feu (nucléaire ?) aux dieux, était au centre de Pripiat devant le cinéma, la ville (désormais morte !) la plus proche de la centrale et où vivaient ses travailleurs. Elle a été transportée après l’accident dans les décombres de l’entrée de l’usine nucléaire, où sont stockés les déchets... Curieusement aussi, un parc d’attraction (avec sa grande roue) devait être inauguré à Pripiat le 1er mai 1986, mais il fut ouvert quelques jours avant, au moment du drame… Le paradis sur terre de l’utopie socialiste s’est transformé en un instant en véritable enfer sur terre. On peut se demander aussi si le Sionisme, ayant abouti à l’établissement de l’État juif dans une inversion des valeurs et une confusion entre le spirituel et le temporel, entre Jérusalem céleste et Jérusalem terrestre, ne participe pas quelque part de la même tragique utopie et illusion…

    *

    La grande absinthe ou armoise (Artemisia absinthium L.) est une plante de la famille des Astéracées (aster signifie étoile en latin), généralement associée à la couleur verte (dans sa dimension négative comme pour le « cheval verdâtre » de l’Apocalypse, monté par la Mort), ainsi qu’à la souffrance, la folie et la mort (en raison principalement aussi de la boisson alcoolisée). Le nom latin absinthium est emprunté au grec apsinthion (« qu'on ne peut pas boire » ?) ou même apsintos (« privé de douceur »). Ses feuilles sont en général blanches et gris-verdâtre et ses fleurs jaunes. Artémis, lunaire et chasseresse, nom grec de la Diane latine, est aussi la déesse des morts subites et de la vie sauvage de laquelle sont chassés les hommes. C’est à cet état sauvage qu’a été ramenée cette « terre des loups » entre terres russes, ukrainiennes et biélorusses. En effet, loin de créer un désert où plus rien ne vit, ne pousse ni ne bouge, l’irradiation nucléaire a provoqué une prolifération anarchique de la nature, avec parfois d’étranges mutations génétiques et la création de monstres (qu’en est-il des hommes à ce sujet ?). Cette « nouvelle création », fruit du péché, apparaît comme une parodie satanique de la création du monde par Dieu… Artémis, manifestation méditerranéenne de la « Grande Déesse » ou « Déesse Mère », avait son grand temple à Éphèse : « existerait-il quelqu’un qui ne sache pas que la cité d’Éphèse est la ville sainte de la grande Artémis et de sa statue tombée du ciel ? » (Ac 19, 35). Cette Ukraine de Tchernobyl, fer de lance de la puissance américaine en Europe, a produit aussi les hystériques et agressives FEMEN, ces « artémisiennes » amazones des temps modernes arborant leurs seins et leurs slogans et rejoignant, par d’étranges détours, la Marianne tout aussi blasphématoire sanctifiée par la République Française…

    L’utilisation humaine de l’énergie nucléaire semant la mort (d’Hiroshima et Nagasaki jusqu’à Fukushima, en passant donc par Tchernobyl et son fameux nuage toxique dont le « brouillard » de mensonges obscurcit encore nos esprits aussi) est proprement diabolique ; tout comme d’ailleurs l’économie moderne centrée autour de l’« or noir » du pétrole. Herbes folles et sauvages, brûlantes, dévorantes, sombres et amères, ce véritable désastre écologique et humain (et aussi spirituel !) à très long terme semble aujourd'hui passer au second plan dans l'oubli des hommes, comme un mirage fantomatique et cauchemardesque, mais il reste d'une terrible et morbide actualité… Il est étonnant que le pape François n’est pas mis en avant, dans son encyclique Laudato si (2015), cette catastrophe que le lobby nucléaire (particulièrement français…) continue à vouloir minimiser…

     

    Jean-Marc Boudier